Le Black Friday - Un jour béni ou maudit ?

 
black-friday-retail


Les avis divergent. Alors que, d’une part, de nombreux détaillants voient le Black Friday comme une occasion de vendre massivement, d’autres disent que cela influe négativement sur leurs résultats pour le reste de l’année. C’est surtout ce que disent les petites marques et les magasins qui perdent des clients à cause des offres spéciales des « grandes enseignes ».

Beaucoup de personnes se préparent des jours à l’avance pour le Black Friday, en visitant leurs boutiques en ligne préférées et en créant des listes de souhaits. Dès que les ventes commencent, elles les déplacent dans leurs paniers et réalisent des économies substantielles.

 

Remontons le temps…

Aux débuts du Black Friday, cet événement était censé attirer les clients dans les magasins pour commencer leurs achats de Noël le lendemain de Thanksgiving. La première utilisation enregistrée du terme n’a pas grand-chose à voir avec une excellente expérience de shopping, mais s’applique davantage à l’effondrement du marché américain en 1896.¹ Plus tard en 1980, les détaillants ont réinventé le Black Friday et lui ont donné une connotation plus positive, quand ils ont constaté que c’était l’opportunité pour les magasins de réaliser un joli chiffre d’affaires. Les chiffres passeraient du rouge au "noir". Aujourd’hui, c’est le coup d’envoi de la saison des achats de Noël.

 

Regardons les chiffres dans le commerce de détail

En regardant quelques chiffres des années précédentes, on constate que la plupart des commerces de détail ont tiré des profits de cette journée. Selon Adobe Analytics, les commerçants américains ont réalisé des recettes record de 7,9 milliards de dollars le 24 novembre 2017, soit une hausse de près de 18 % par rapport à l’année précédente. Pour cette même année, le NRF a rapporté que 174 millions d’Américains faisaient leurs courses le weekend du Black Friday (de Thanksgiving au Cyber Monday). Cela représente 64 millions d’achats en ligne et hors ligne, 58 millions uniquement en ligne et 51 millions uniquement en magasin. 11 % des acheteurs avaient commencé leurs achats même avant 17 heures le jour de Thanksgiving. Les offres les plus plébiscitées par les consommateurs concernaient les tablettes/ordinateurs portables/les ordinateurs/les téléviseurs (27 %), suivis des vêtements (24 %) et des gadgets pour la domotique (15 %).

Parmi les principaux commerçants caracolant en tête des ventes du Black Friday en 2016, on trouvait Amazon, suivi de Walmart.com et de Best Buy. Les choses n’ont pas beaucoup changé depuis lors. La valeur nette du fondateur d’Amazon Jeff Bezos dépassait les 100 milliards USD, dès le lendemain seulement de Thanksgiving en 2017.

 

Des USA au monde entier

Ayant son origine aux États-Unis, le Black Friday est également devenu un phénomène en Europe. Les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne, la Suède et la France ont même développé un site Internet dédié uniquement aux offres du Black Friday en 2017.

 

Le Black Friday a-t-il perdu sa pertinence ou est-il plus fort que jamais ?

  Les clients font la queue devant Best Buy on Black Friday à 5 heures du matin pour décrocher les meilleures offres.

Les clients font la queue devant Best Buy on Black Friday à 5 heures du matin pour décrocher les meilleures offres.

Les avis divergent sur cette question. Certains pourraient prétendre que le Black Friday est en déclin et qu’il perd de sa pertinence, alors que de nombreuses familles font toujours la queue devant Best & Buy dès 5 heures du matin. Il est tout à fait concevable qu’avec l’essor du commerce électronique, les clients ne voient pas la nécessité de ces offres spéciales dans les commerces physiques, lorsqu’ils sont en mesure d’obtenir tout ce qu’ils veulent en ligne.

 Le commerce traditionnel a compris depuis longtemps qu’il ne suffisait plus d’avoir quatre murs remplis de marchandises de qualité. Pour suivre le rythme du commerce en ligne, en particulier en ce qui concerne le Black Friday, les commerces traditionnels doivent offrir plus

que des réductions. Les équipes en magasin « doivent être en phase avec leurs clients ».²

La fréquentation des magasins a considérablement augmenté de 65 % pendant le Black Friday par rapport à un jour de weekend type de novembre en 2016 aux États-Unis. Cela semble prometteur, n’est-ce pas ?

 

Un jour béni ou maudit ?

Mais le Black Friday est-il vraiment la machine à sous que les détaillants espèrent ? Beaucoup d’entre eux savent que cela n’augmente pas les dépenses supplémentaires des clients dans l’année pour la vente au détail, mais qu’ils anticipent plutôt leurs achats. Plutôt que d’acheter de petites choses ici et là, ils achètent tout au cours de la « Black Week ». Certains penseraient que peu importe le moment où le commerce de détail génère des bénéfices, mais qu’en est-il de la baisse constante de la fréquentation au fil des semaines dans les magasins ?

 

D’autre part, le Black Friday est un moyen pratique de participer à la création de la notoriété de la marque à l’aide de tels événements. Selon Gregory Winters, Responsable Visuel région Nord-Est de Jettco International, « être parfait en ces jours de promotions est primordial pour la longévité de la vente au détail tout en renforçant de manière positive l’engagement des consommateurs. Le concept d’augmentation des chiffres de vente au détail avec des outils de vente astucieux, des offres spéciales et une publicité dynamique n’est pas nouveau. Alors que les consommateurs recherchent des bonnes affaires, le concept du Black Friday offre un moyen efficace de susciter de l’intérêt et, bien entendu, d’augmenter considérablement les ventes, en particulier de produits technologiques et d’autres articles coûteux, pour lesquels des remises importantes sont rares ». Il considère le Black Friday comme un moyen positif de cultiver un intérêt renouvelé pour les achats et d’accroître les grosses dépenses dans les commerces traditionnels.

 

black-friday-deals

Les clients sont stressés par trop d’offres Black Friday

Évidemment, chez les commerçants de nombreuses voix s’élèvent pour en souligner l’impact négatif. B&Q, par exemple, a délibérément décidé de ne pas participer à la folie du Black Friday. Certaines recherches qu’ils ont commandées, ont montré que les consommateurs faisaient davantage confiance aux commerçants qui offrent des prix bas toute l’année que ceux qui participent aux soldes fréquentes et aux offres occasionnelles. C’est certainement un élément clé que les marques doivent prendre en compte lorsqu’elles tentent de créer une image de marque et des valeurs cohérentes afin de resserrer les relations avec leurs clients.

Non seulement cela peut nuire à la confiance envers les commerçants, mais de nombreux acheteurs ont également avoué se sentir dépassés et stressés par le Black Friday. Prendre des décisions rapides sur des offres spéciales peut souvent susciter des regrets, ce qui peut accroître la défiance vis-à-vis de certaines marques. ³

 

Un jour béni ET maudit

Comme toujours : l’équilibre est la clé. Si vous avez des idées remarquables sur la façon de participer aux ventes du Black Friday afin de gagner la confiance de vos clients et de les engager, pas seulement pour une journée (noire) ou une semaine (noire), les commerçants pourraient grandement bénéficier des ventes du Black Friday. Également en fonction de la stratégie de marque et du marché concurrentiel, chaque commerçant doit décider dans quelle mesure il souhaite participer ou non.

Alors tout est dit, bon shopping !



Renvois

¹ Historique ; ² Plongée dans la vente au détail ; ³ Gazette de la vente au détail


tom-van-soest-visual-retailing

Tom Van Soest

est le PDG de Visual Retailing. Après avoir travaillé dans l’industrie de la mode et de la vente au détail pendant plusieurs années, Tom cherche à aider les marques et détaillants à créer un cadre de travail plus intelligent par le biais de la technologie et d’une vision cohérente. 

Pour communiquer avec Tom, vous pouvez le trouver sur LinkedInTwitter ou lui envoyer un email


 
Visual RetailingComment